Echo-endoscopie

L'écho-endoscopie est une exploration qui combine une approche échographique et une approche endoscopique.

Une sonde d'échographie est ainsi amenée à l'aide d'un endoscope à proximité de l'organe à étudier.

Elle sert à rechercher ou à explorer certaines anomalies du tube digestif ou des organes de voisinage.

Le but de l’examen

Il permet d'obtenir des informations qui ne peuvent pas être apportées par les autres explorations. Ses performances sont inégalées pour visualiser des anomalies de petite taille. Elle sera principalement utile pour diagnostiquer certaines tumeurs et/ou pour en déterminer l’extension et pour mettre en évidence certaines maladies bénignes (calcul, pancréatite…). Dans certains cas, elle peut permettre de réaliser des prélèvements de fragments de tissu à étudier au microscope.

Avant l’examen

Il faut être strictement à jeun (ne pas boire au moins 3 heures avant, ne pas manger, ne pas fumer).

Cet examen se pratique quasiment toujours sous une anesthésie.

Il est indispensable d’avoir vu un médecin anesthésiste en consultation au moins 48 heures avant (et au maximum 2 mois). Pensez à lui apporter vos ordonnances habituelles et vos examens récents : prise de sang, électrocardiogramme. Il vous conseillera sur la prise de votre traitement habituel avant la réalisation de l’examen (notamment les traitements pour le diabète ou pour les pathologies cardiovasculaires).

Penser à ramener les différents consentements qui ont été remis par les médecins : anesthésiste et gastroentérologue.

L’examen en pratique

L'examen utilise un appareil souple appelé écho-endoscope qui est introduit par la bouche ou l’anus et parcours le tube digestif jusqu’à visualiser le ou les organes à explorer. Le plus souvent, vous êtes installé(e) couché(e) sur le côté gauche. L'examen n'est pas douloureux. Vous n'êtes pas gêné(e) pour respirer car l'endoscope ne va pas dans les poumons. D'éventuels prélèvements sont réalisés si votre médecin le juge nécessaire.

A chaque utilisation, et pour chaque patient, l’endoscope est nettoyé puis désinfecté au moyen d’automates lave endoscope. L’ensemble des accessoires utilisés sont stérilisés ou jetés (matériels à usages unique).

Tout ce circuit de désinfection est régulièrement contrôlé par des prélèvements bactériologiques. Les procédures utilisées ont été déterminées par le Ministère de la Santé.

Prévoyez alors de vous faire raccompagner après examen et de ne pas conduire.

Après l’examen

Le compte rendu de votre examen et un courrier pour votre médecin traitant vous sera remis par le médecin gastroentérologue. Prévoyez un temps de repos de 1H30 à 2 heures. Vous devez prévoir une personne pour vous raccompagner, il ne faut pas conduire pendant 24 heures.

Les risques éventuels et les suites

Outre les complications propres à l’anesthésie, tout acte médical, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, recèle un risque de complication.

Les complications de l’écho-endoscopie à visée diagnostique sont exceptionnelles. Ce sont principalement les perforations de la paroi digestive (favorisées par un rétrécissement du tube digestif) qui ont été observées.

En cas de prélèvements, de rares cas d’infections, de perforation ou d’hémorragies ont été rapportés.

En cas de prélèvement pancréatique, des pancréatites aiguës ont été observées. Une intervention chirurgicale et/ou des transfusions de sang ou de dérivés sanguins peuvent parfois s’avérer nécessaires.

D’autres complications sont possibles mais exceptionnelles telles que des troubles cardio-vasculaires ou respiratoires.

Ces complications peuvent apparaître lors de l’endoscopie, mais également quelques jours après l’examen. Au moindre doute vous devez contacter votre médecin ou vous présenter aux services des urgences de nos structures.

Dr. Jean Marc Canard - Gastro-Entérologie & Endoscopie Digestive
96 Boulevard du Montparnasse, 75014 Paris